France : Grosgurin, à fond la caisse dans la com’ pour tenter de faire oublier sa bourde

French | English

Par Marie-Pierre COPPENS

BRUXELLES [LNC] – C’est lors d’un raout organisé tout à l’heure par le Haut Conseil de la Communication, sous le haut patronage, disons, sous le contrôle de l’ambassade de France, à destination des journalistes centrafricains, histoire de bien leur mettre dans la tête la bonne voie à suivre, que Jean-Marc Grosgurin, une fois de plus d’en profiter pour reseriner sa phrase de correction de son erreur : “L’Ambassade ne financera plus le processus électoral.” Maintenant donc, rétropédalage, il raconte tout le contraire. De nos sources, Paris l’aurait entre temps, retoqué pour qu’il ait une communication claire et non négative.

C‘est en la salle de conférence du palais de la CEMAC à Bangui, que s’est tenue une réunion dite “atelier de formation”, avec des journalistes locaux (au moins 80), sur le thème : « La lutte contre la désinformation, la gestion des rumeurs et l’incitation à la haine en période électorale », sous le contrôle de l’ambassade de France en RCA.

Pour mettre les choses en perspective, imaginons l’ambassadeur de Centrafrique à Paris, tenant un “atelier de formation” pour les journalistes français, pour leur expliquer comment ils devraient faire leur travail. Ce n’est pas imaginable. Mais l’inverse en RCA si !

Mais comme en RCA, c’est la France qui paye, Jean-Marc Grosgurin était dans son jardin, en terrain conquis. Et d’en profiter pour remarteler tout son soutien et appui à la RCA. Histoire de faire oublier son discours contraire précédent.

Et d’appeler les journalistes “à faire preuve de responsabilité afin d’accompagner à bon port les prochaines élections qui vont se tenir dans les jours à venir.” Au nom de quoi ? Serait-il devenu le nouveau ministre centrafricain de la communication ?

Puis dans le bal du baratin : de se réjouir “de la confiance et de la crédibilité qu’accorde la République centrafricaine aux actions que mène la France dans l’accompagnement des différents secteurs centrafricains.”

© Novembre 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés