Centrafrique : La MINUSCA dans la tourmente, les manifestations contre elle se multiplient

Qatar Airways [CPS] WW

Français | English

Correspondance  d’Esther SEUVRAT

BANGUI (LNC) – Hier 23 août, plus de 300 personnes s’étaient rassemblées au centre ville de la capitale (au point dit PK0), pour manifester contre le meurtre accidentel par une balle perdue de tirs de la MINUSCA, d’une fillette le 10 dernier à Bria. Elle se prénommait Kaltouma Djouma. C’était en marge déjà, d’une autre manifestation sur place, contre l’accident mortel de deux moto-taxis percutés par un camion de la MINUSCA, avec deux autres grièvement blessés. Il y a eu délit de fuite de la MINUSCA, plus des tentatives de corruption par des fonctionnaires de l’ONU pour tenter d’étouffer ces graves incidents. Depuis, aucun communiqué émanant de la MINUSCA pour au moins s’expliquer. Elle pourtant habituellement si prompte à communiquer à tout va pour ses auto-promotions et auto-satisfactions.

Les pancartes brandies par les manifestants étaient très explicites : “La mission de la MINUSCA, c’est protéger ou tuer ?”, «Trop c’est trop ! Nous réclamons justice», « Nous ne sommes pas des animaux pour que la MINUSCA continue de tuer», «Ce n’est pas la première, et comme toujours la justice ne se prononce pas pourquoi ? », «La mort de notre jeune sœur Kaltouma Djouma ne peut pas rester impunie». Etc…Etc…

Suite au meurtre de sa fille, et aux manœuvres iniques de la MINUSCA pour le corrompre, le père de Kaltouma Djouma avait porté plainte contre elle. Le Tribunal de Bangui n’a toujours pas donné suite. Et n’en donnera pas.
Car, judiciairement parlant, l’ONU est intouchable dans les pays où sont stationnés ses casques bleus, quels que soient les méfaits commis. En raison des accords d’“irresponsabilité juridique” qu’elle oblige systématiquement les pays hôtes à signer. Par conséquent, toute plainte à son encontre est irrecevable.

© Août 2021 – LNC | LAMINE MEDIA – Tous droits réservés.