CHRONIQUE : Touadera et ses mercenaires russes, l’étau occidental se rapproche, ça sent le sapin !

Qatar Airways [CPS] WW

Français | English

Par  Albert Mahamat FALL

N’DJAMENA (LNC) – Il a beau hurler au complot occidental, qualifier de mensonge l’enquête de “CNN/THE SENTRY” alléguant des abus des droits de l’homme et des exactions en masse sur des civils, il n’empêche que.. Faustin Touadera vient de réaliser la prouesse de se mettre à dos, eh bien…Ceux qui habituellement l’aident  à boucler ses fins de mois toujours difficiles. A savoir, par ordre de détestation, la France, les USA et la Grande Bretagne. Parce que, en passant, FMI et Banque Mondiale, ce sont ces pays là qui les contrôlent. De là penser que le monsieur est méthodiquement en train de scier la branche sur laquelle il est perché, y a pas loin. Jusque là, de nombreux observateurs de reprocher à la communauté internationale de toujours fermer les yeux sur les dérives liberticides des autorités centrafricaines, entre les corruptions de députés par le président, les trucages électoraux, et autres dérives de non droit. Mais ça, c’était avant !

Parce que là, contre la RCA à la sauce Touadera, c’est “l’entente cordiale” entre les mastodontes que sont les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Tous les trois d’une même voix, d’accuser des mercenaires russes d’opérant aux côtés des forces armées centrafricaines, de commettre des violations des droits de l’homme contre des civils et, d’entraver l’action de maintien de la paix de l’ONU.

C’est hier mercredi, au Conseil de Sécurité, servant de ring pour les combats, que Mankeur Ndiaye, le chef de la MINUSCA, convié à venir faire son rapport sur la situation en RCA a planté le décor.

Et N’DIAYE a fait simple dans le genre formule choc : “La situation en RCA est parmi les plus dangereuses au monde.” Boum !

Une semaine avant, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU (qui vient d’être prolongé pour un autre mandat), avait commis un rapport au vitriol à ce Conseil de Sécurité, dans lequel il racontait tout le mal qu’il pensait de la gestion de la RCA par Touadera.

Sa formule choc à lui c’était : “les habitants du pays continuaient de faire face à un niveau de violence inacceptablement élevé”.

L’ATTELAGE FRANCO-AMERICANO-BRITANNIQUE SORT LA “GROSSE BERTHA”

Il y a 100 ans : la Grosse Bertha - lindependant.fr
La “Grosse Bertha”, puissant canon allemand de la guerre 14-18.

Et c’est de bonne guerre, la Presse française de bien s’attarder sur toutes les vacheries de l’ambassadeur de France à l’ONU, le nobliau Nicolas De Rivière. qui lui aussi avait sa formule choc à lui : “La situation en RCA est dramatique.” Et de parler d’exécutions extrajudiciaires, de viols collectifs, de tortures, d’occupation d’écoles et de violences visant particulièrement les communautés musulmanes, “comme le montre le meurtre d’un chef traditionnel il y a quelques jours,“ ajoute-t’il.

Puis d’enfoncer le clou avec délectation : ” Soyons clairs : les groupes armés centrafricains ne sont plus la seule menace pour la population centrafricaine.”

Et enfin, histoire de bien semer le “sum”, de conclure : « Certains essaieront de nier la présence de la société Wagner. » Petite perfidie directe dans les dents de Touadera.

Cependant, histoire de défendre le diable. De Rivière ne raconte que l’histoire de celui qui a dit à celui qui le lui a dit. Il n’a rien de concret pour étayer ses accusations.

James Roscoe l’ambassadeur adjoint de Grande-Bretagne, lui, en bon britannique ne voit que le pognon : “les groupes armés fomentent franchement l’instabilité, afin de se remplir les poches ».

Mais ajoutant tout de même « Et maintenant, un nouveau facteur d’instabilité : des entreprises militaires privées russes agissant de concert avec les forces armées nationales pour faire obstruction à la MINUSCA et violer les droits des civils et des citoyens de la République centrafricaine. »

Roscoe a déclaré que les violations des droits humains, y compris les actes de violence sexuelle, ne sont pas seulement commises par des groupes armés « mais aussi par des membres des forces armées nationales et le personnel militaire privé russe qui les accompagne ».

Richard Mills, le vice-ambassadeur américain, lui, refait sa petite guerre froide à lui avec les russes. Et sa tête de turc, disons de russe, c’est son homologue russe Anna Evstigneeva.

“Je pense que nous devons être clairs sur ce personnel bilatéral – les individus qui commettent ce que beaucoup appellent maintenant des” atrocités ” ne sont pas des acteurs indépendants – ils opèrent comme une extension du ministère russe de la Défense”, a-t-il balancé tout de go.

Mills a déclaré que l’administration Biden était “profondément troublée” par le fait que la Russie n’ait pas ” empêché ses mercenaires d’entraver la liberté de mouvement de la MINUSCA au quotidien”. Il a condamné un “incident effroyable au cours duquel ces acteurs russes bilatéraux ont menacé” le représentant spécial adjoint de la MINUSCA et une délégation de l’ONU en mission humanitaire à Bang, près de la frontière centrafricaine avec le Tchad et le Cameroun, le 28 mai.

AVOIR RAISON CONTRE TOUT LE MONDE

Mais Faustin n’est pas seul. Il y a la camarade Anna Evstigneeva qui fait de la résistance.  A l’américain elle balance qu’il y avait constamment des tentatives « douteuses » de les discréditer (ndlr : les mercenaires russes) sans aucune preuve, en particulier dans les médias américains et français qui utilisent des sources anonymes.

“Cela ressemble plus à un coup politique anti-russe”, ajoute Evstigneeva.

Et de conclure : « Quant aux allégations infondées en provenance des États-Unis, elles ne sont pas le fruit du hasard. […] Nos collègues semblent voir des instructeurs ou des mercenaires russes partout.” Et Pan !

DAMOCLES SORT SON ÉPÉE

Au-delà des phrases chocs des uns et des autres, ce sont les conséquences à plus ou moins brefs termes pour la RCA qu’il faille redouter.

Parce qu’il faudrait être naïf pour croire que les “autres là” vont en rester là, au simple stade des discours. Et c’est d’ailleurs ce qui avait titiller le cortex de l’ambassadress du Vietnam, qui  a supplié tout le monde de ne pas en arriver à des mesures de représailles contre la RCA. Mais tout au contraire, de tous coopérer ensemble pour aider le pays à sortir de l’ornière.

C’est pô gagné !
 Car selon nos sources, la France ne compterait pas DU TOUT en rester là, et chercherait à avoir le scalp de Touadera, d’une manière ou d’une autre. Dondra comme écran de fumée, ça ne prend pas.

Idriss Deby au Tchad a lui juste à peine ouvert la bouche, que ça s’est très mal fini pour sa petite santé.

© Juin 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits réservés.

ac89740a25e92b2.html