TEMPÉRATURE | Centrafrique : L’ONU est-elle cohérente avec elle-même ?

Qatar Airways [CPS] WW

Français | English

Par  Sandra MARTIN-WHITE & Fabiana  ÁLVAREZ | LNC

LOS ANGELES (LNC) – Le 31 mars dernier, un groupe d’experts indépendants de l’ONU, sous la direction d’Iliena Aparatch, publiait, ce qu’à l’époque nous avions qualifié de “rapport accablant” pour la MINUSCA. Dans ce rapport, il y était question “de la proximité et de l’interopérabilité entre des entrepreneurs russes, en langage moins diplomatique, des “mercenaires” ( Sewa Security Services, Lobaye Invest SARLU et PMC Wagner) et la MINUSCA”, en faisant état de « réunions coordonnées en présence de ‘conseillers russes’, y-inclut dans les bases de la MINUSCA, ainsi que des évacuations médicales de ‘formateurs russes’ blessés vers les bases de la MINUSCA.” La MINUSCA n’a depuis jamais opposé un démenti à sa maison mère sur ces graves accusations. Et c’est dans cette chienlit, qu’hier lundi, de manière ubuesque, le Conseil de sécurité de l’ONU à l’unisson, de réclamer au Centrafrique de protéger la MINUSCA. Et avec quels moyens ? N’était-ce pas plutôt l’inverse qui devrait se produire ? C’est la danse de Saint Guy, on marche sur la tête. 

Le Centrafrique qui devrait protéger les casques bleus ? Ça c’est la trouvaille de l’année. Car si on va au bout de de cette logique, ce serait mieux alors que ces casques bleus rentrent chez eux, la meilleure solution pour protéger leurs petites santés !

Et Touadera serait le premier à applaudir des deux mains, avec les russes faisant la clap derrière !

Car exiger du Centrafrique «des mesures» pour garantir la sécurité des Casques bleus ? C’est totalement crétin ! On se croirait dans un dessin animé de Tex Avery, avec son loup déjanté !

IMBROGLIO ET TUTTI QUANTI

C’est quelque part l’ONU qui, en quelque sorte a complètement décrédibilisé la MINUSCA, en dénonçant à juste titre ses collusions avec ces mercenaires russes, qu’à Bangui, le pot de fleur à cervelle de poisson rouge de Sylvie BAÏPO-TEMON d’oser dire qu’ils n’existent pas. 

D’autant plus que pour le centrafricain de la rue, la MINUSCA lui était survendue comme la championne, la sauveuse du pays de ses drames. Catherine SAMBA-PANZA qui a l’époque y croyait aussi, déchantera en déclarant : “Je ne pensais pas que ce serait comme ça !” Et malheureusement, la belle image n’a cessé de se brouiller, et de se déliter au fil des ans.

Mazette, ces gens là coûtent un bras, tout de même la bagatelle d’un milliard de $/an ! Et c’est l’argent des contribuables.

LIRE AUSSI : Centrafrique : La MINUSCA citée dans un rapport d’experts de l’ONU comme étant complice des crimes des mercenaires russes en RCA

Or, en dehors de compiler toutes les armées du monde en RCA, force est de reconnaître que cette MINUSCA a globalement échoué. La déception des centrafricains est à la hauteur des espérances. Aussi, il n’est pas difficile de comprendre qu’il fallait peu, à des boutefeux, pour exciter la colère des populations. Remarque d’une femme que nous avions rencontrée il y a quelques années à Bambri. Elle venait de voir son époux torturé à mort sous ses yeux par des hommes d’Ali Darassa : “Quand des leurs meurent, ils les comptent et leur rendent hommage. Mais nos morts à nous, ils ne les comptent pas [ndlr : ce qui est vrai]. Que sont-ils venus faire chez nous ici ?”

Et une des erreurs majeure de la MINUSCA, et c’est propre à tous les casques bleus de l’ONU, c’est le refus de communiquer.

Communiquer pour elle c’est refaire la Pravda du temps des soviets.
Cela lui nuit grandement, et passe à l’as toutes ses bonnes actions par ailleurs : dans l’humanitaire, l’aide à l’instauration de l’autorité de l’Etat, les remises à flot des bâtiments publics, les formations diverses, les financements des institutions, etc..etc…

Aussi, il serait très risqué de jeter le bébé avec l’eau du bain. Car les russes peuvent se révéler n’être tôt ou tard qu’un miroir aux alouettes. Ce qui n’est pas à souhaiter, car si cela ce fut, les centrafricains ne sauraient plus à quels saints se vouer.

Et il faut en finir avec les écrans de fumée des réunionites et des messes inutiles de Jean-Pierre Lacroix et sa bande. Avec son autoproclamée délégation de “haut niveau”, que sont-ils venus faire à Bangui récemment ? A part bégayer les mêmes déclarations éculées ?

En fait, pour boucler la boucle, la RCA pour l’ONU n’est qu’un dossier parmi d’autres, et c’est commettre un lapsus très révélateur que de demander au Centrafrique de protéger ses casques bleus. L’inverse n’était donc pas sa pensée dominante. C’est psychanalytique Doc non ?

 

© Juin 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits réservés.