HUMANITAIRE/Cameroun : Ces réfugiés centrafricains toujours oubliés par le pouvoir de Bangui, cas de GADO

Français | English

Par  Joseph DECALO

GAROUA-BOULAI [LNC] – Depuis 2014, ce sont près de 300.000 réfugiés centrafricains qui ont fui leur pays pour le Cameroun. En faisant de ce pays la terre d’accueil la plus importante pour ces malheureux. Et le gouvernement de la “République de Bangui” n’y a jamais prêté attention, ni fait d’effort d’appui ou d’assistance à ces nationaux. Ce gouvernement leur a même interdit leur droit légitime de voter, en violant la Constitution. Abandonnant les soutiens aux seuls humanitaires sur place, dont le HCR, le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU.  Ainsi, à moins de trente minutes de route de la frontière, le site de réfugiés de Gado abrite déjà plus de 26 000 réfugiés centrafricains. Un nouvel afflux de 5.000 encore depuis décembre 2020 est venu s’y agglutiner. Et là, le HCR y appuie la mise en place d’écoles pour les enfants, aux alentours de cette très importante place de GADO.

En janvier dernier, Maurice Moussouravi, le Chef du bureau du HCR de Meiganga, qui gère le site de Gado affirmait que la situation reste encore gérable. « Pour l’instant, avec l’appui de nos partenaires, nous pouvons faire face à ces arrivées et offrir aux personnes qui le désirent un abri, de la nourriture et des soins. Toutefois, si l’afflux devait continuer, avec les autorités camerounaises, nous orienterons les réfugiés vers le meilleur endroit pour être pris en charge et surtout en sécurité »

Et c’est une vie sociale qui actuellement est en train de s’organiser autour des sites de réfugiés proche de celui de Gado, par donc récemment, cette mise en place d’écoles pour les enfants. Car avec tous ces bouleversements, aller encore à l’école pour ces enfants de réfugiés, constitue un luxe.

© Avril 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits réservés.deeeedépêche