Centrafrique : La MINUSCA citée dans un rapport d’experts de l’ONU comme étant complice des crimes des mercenaires russes en RCA

Français | English

Par  John SILVER  & Fatima K. LAMINE | LNC NEW YORK

NEW YORK [LNC] – Traversée par de multiples forces d’influence, la position de la MINUSCA dans le conflit centrafricain n’a jamais été très claire. En témoigne ce mercredi, ce dernier rapport de l’ONU, sa pourtant maison mère, la stigmatisant comme étant complice des crimes et exactions des mercenaires russes en Centrafrique depuis décembre dernier. Rapport d’experts indépendants dont LNC s’est procuré copie. Car pour soutenir le pouvoir de Faustin Touadera, les mercenaires russes violent les droits de l’homme par des crimes à haute échelle dans le pays.

Un rapport accablant mené par une équipe d’experts indépendants de l’ONU, sous la houlette de Iliena Aparatch. Trois agences militaires russes y sont mises en cause, Sewa Sécurité service, Lobaye Invest, et bien sur la Wagner, pour des exécutions sommaires massives, des détentions arbitraires,  des actes de tortures, des disparitions forcées, ou encore, des attaques contre des humanitaires.

Selon le rapport, ces opérations des russes se feraient avec la complicité des forces armées centrafricains, et plus grave, avec la complicité tacite des casques bleus de la MINUSCA, la force onusienne en Centrafrique.

La MINUSCA ne peut donc pas là, biaiser une fois de plus en tentant de réfuter de graves accusations émanant de sa propre force de tutelle.

TITORENKO, ILS N’EXISTENT PAS

Dans une récente interview accordée au media français RFI, orienté Afrique, l’ambassadeur russe en Centrafrique, d’oser nier l’existence de mercenaires russes en Centrafrique. Ce que les faits nient.

Citons texto, partie du texte des experts onusiens : “Un groupe d’experts de l’ONU* s’est alarmé ce mercredi de l’augmentation du recrutement et de l’utilisation d’entreprises militaires et de sécurité privées étrangères par le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) ainsi que des contacts étroits qu’entretiennent ces compagnies et leur personnel avec les soldats de la paix de l’ONU.”

Difficile là pour la MINUSCA de nier les propos de sa propre maison mère.

Car selon le rapport, la MINUSCA auraient organisé des réunions coordonnées en présence de conseillers russes, y compris dans des bases de la MINUSCA dans le pays. Et plus, la MINUSCA aurait pris en charge les évacuations médicales de blessés appartenant à ces compagnies mercenaires russes.

OPACITÉ

Les forces russes introduites dans le pays par Faustin Touadera pour soutenir son pouvoir largement contesté par son opposition politique, ne communiquent pas sur leurs dommages  dans le conflit. Et toute voix contraire est systématiquement tue, même violemment. En exemple, deux blogs centrafricains d’information, Corbeau News et Le Tsunami, interdits de diffusion en RCA, sous pression russe, pour cause de propagande anti-Russie.

A l’ONU, le groupe de travail déplore l’absence d’enquête, ainsi que le manque de détermination afin d’identifier les responsables de ces abus. Mais qui va mener l’enquête ? Certainement pas la MINUSCA, étant elle-même complice de ces crimes contre l’humanité.

© Avril 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits réservés.