ANALYSE/France : Grosgurin, l’ambassadeur de France en Centrafrique ouvre la boîte à baffe pour se faire chicoter

Français | English

Par Marie-Pierre COPPENS

BRUXELLES [LNC] – Décidément, Jean-Marc Grosgurin n’arrive toujours pas à trouver le “comment parler aux centrafricains.” En se révélant être incapable de souplesse et de nuance depuis son arrivée à Bangui. Sa bourde en décembre dernier, “L’Ambassade ne financera plus le processus électoral” ne lui aura pas servi de leçon. Et il remet ça, en s’attaquant frontalement à, selon ses propos : “des campagnes de dénigrement contre la France.” Or dans un climat en Centrafrique très anxiogène pour la France, il ne pouvait pas s’attendre à autre chose qu’à des retours de volées de bois vert sur sa mâchoire. Même au Palais de la Renaissance à Bangui, un sous ministre d’avouer à LNC sous le sceau du secret : “On s’en fout ! Il raconte ce qu’il veut.” Héééé ! Les russes sont dans la place.

Sa rigidité quasi militaire le dessert toujours autant. Grosgurin n’a pas encore trouvé le bon rythme en RCA. Mais le souhaite-t’il ?

Dernièrement, sur Radio N’DEKE LUKA, il remettait le couvert, et comme à son habitude, brutalement, en déplorant les campagnes de dénigrement contre la France, “… L’objectif est de défavoriser les positions de la France et d’affaiblir l’influence de la France dans le pays” , et pas que…….

LES ERREURS

Mais au lieu d’en rester là, d’y inclure 1- le formidable travail des SANGARIS, “heureusement que le Sangaris est venu” (selon lui), quand nul n’ignore l’image déplorable laissée dans le pays par l’armée française, avec près de 400 mineurs violés par ces troupes. Crimes blanchis par le Tribunal de Paris. Çà les centrafricains ne l’oublient pas. 

2- D’établir un rapport osé sur l’image de la RCA avec les dénigrements et critiques contre la France : “Je peux vous dire que in fine, ça défavorise, et ça détruit surtout l’image et la réputation de la Centrafrique. C’est la Centrafrique qui perd, quand toutes ces rumeurs ont la possibilité de s’exprimer avec autant de facilité.” Puis de dénoncer le laxisme des autorités centrafricaines : “Moi ce qui m’intéresse, et je l’ai dit à plusieurs reprises à certaines autorités, c’est pas de faire des communiqués et des contre communiqués, pour lutter contre ces rumeurs, c’est d’agir.”  Et le voilà donneur de leçons une fois de plus.

Au lieu de s’en tenir à la stricte dénonciation des campagnes de calomnie, d’évoquer les bienfaits de l’AFD, de dériver une fois de plus dans l’affrontement… En somme, il ouvrait la boîte à baffe pour se faire gifler. 

Et les réactions dans le pays n’ont pas manqué…..Descendu en flèche sur les réseaux sociaux.

AUTISME RÉCURRENT 

Avec toujours la même morgue hautaine du colon installé en territoire conquis, Grosgurin perd de vue plusieurs données de la géopolitique centrafricaine.
LES TEMPS ONT CHANGÉ, et cela, il se refuse à l’accepter. Ses pressions sur le gouvernement sonnent désormais comme autant de coups d’épée dans l’eau. Le Centrafrique n’obéit plus comme avant,  aux ambassadeurs de France, ces nouveaux gouverneurs coloniaux. Et ça, ça agace le monsieur. D’ou ses petites colères d’instituteur que ses élèves n’écoutent plus.

Le gouvernement centrafricain a changé de camarade de jeu – pour autant qu’un jour les français aient été des copains de jeu des centrafricains. Les russes qui n’ont jamais colonisé le pays, désormais comblent la vacuité de la négligence du Centrafrique par les français. A l’instar des échanges commerciaux entre les deux pays, frisant le néant. Qu’on l’accepte ou pas, pour les centrafricains, les russes apportent un grand vent de fraîcheur !

Il fait semblant d’ignorer la présence massive russe en RCA. Et il ne sait pas se positionner face à cette nouvelle donne dans son pré-carré.

Pourtant,  il avait dit : “Je ne dis pas que les relations entre Bangui et Paris sont au beau-fixe.” Alors, pourquoi en remettre une couche ? 

© Février 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés.