Centrafrique : Tentatives de tractations de la CEEAC avec les groupes armés du CPC, dont Bozizé

Français | English

Par Fernando CANCIO

BANGUI [LNC] – Selon plusieurs sources diplomatiques, la CEEAC, via son président en exercice, l’angolais Gilberto Da Piedade Verissimo, serait en négociation avec les chefs de la coalition des groupes armés du CPC, apprend-t’on lundi dernier. 

C‘est ainsi que DA PIEDADE se serait rendu à la frontière au sud du Tchad pour y rencontrer François Bozizé. Mais ce dernier lui fera faux bond, en se faisant représenter par son fils Jean-Francis Bozizé et Maxime Mokom, l’un des meneurs Anti-Balaka.

Le président de la CEEAC se rendra ensuite au Soudan pour tenter d’y rencontrer Nourredine Adam, également un des chefs du CPC. Toujours selon une source diplomatique bien introduite, l’idée de DA PIEDADE serait de tenter de sonder ses intentions. Cela, dans le but de préparer le prochain sommet sous régional prévu pour le 2 mars à Luanda.

APPRÉCIATIONS CONTRASTÉES & BANGUI N’EST PAS D’ACCORD

Au niveau des chefs d’état de la région, tout le monde n’est pas d’accord. Il y a ceux qui sont partisans du dialogue avec ces groupes armés, et en face, ceux d’un avis contraire, optant pour la rigidité et la manière forte.

Hier à Bangui, les autorités dont les intentions ont toujours été de poursuivre en justice les chefs des rebelles, de déclarer “ne pas être au courant de ces rencontres”, en précisant que “ces discussions n’engagent que la seule CEEAC.” Et ajoutant, citons : “On est ouvert à des discussions, dans le cadre existant de l’accord de Khartoum, mais  pas dans un énième dialogue avec des putschistes.”

© Février 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés.