EDITO : Faustin TOUADERA “réélu” président, mais président de quoi au fait ?

French | English

Par Aline M’PANGA-YAMARA
Rédactrice en chef de LNC
.

PARIS [LNC] –  Des élections tenues dans un pays somalisé, où le pouvoir central n’en contrôle qu’à peine 15% du territoire, c’est une FARCE ! Et lorsqu’une telle mascarade est soutenue par la communauté internationale dite G5+, là, comme on dit en Sango : “MBI KWI NGIA” = JE SUIS PLIÉE DE RIRE ! En 2016 déjà, nous assistions à un festival de bourrages d’urnes, mais là, on est passé au niveau supérieur. En même temps, pas de quoi s’alarmer, Faustin TOUADERA le président “réélu” bien avant les votes, il est président de quoi ?

C‘est Fabiana ALVAREZ de LNC qui avait inventé le terme : “Centrafrique, ce pays qui n’existe pas”. Expression que le journaliste Jean Pierre Tuquoi reprendra pour son dernier livre, et sans avoir la politesse de la citer. En juste transformant la  formule en « Oubangui-Chari, le pays qui n’existait pas ».

NOUS NE SOMMES PLUS À UN RIDICULE PRÈS 

Que le Centrafrique se ridiculise tout seul en collectionnant régulièrement des mascarades d’élections dont les résultats sont connus par avance, on s’y est habitué. Au point même de se demander pour quelle raison les citoyens continuent-ils encore à perdre leur temps à aller dans les sites de votes, plutôt que d’aller écluser un godet dans l’estaminet du coin.

Mais que “l’extérieur”, (ces gens que l’on voit régulièrement frimer dans leurs 4×4 à Bangui) valide et consolide de telles idioties, au point même de s’en féliciter, là, on tombe des nues. Et plus crûment, elles nous prennent pour des buses, pour ne pas dire plus.

Une explication en découle en toute logique : cet extérieur s’en fiche ! Car difficile de croire que toutes ces gens puissent être stupides et aveugles à ce point.

Ce serait très inquiétant sur l’état de lucidité des personnes qui nous dirigent. A moins qu’elles aient toutes été maraboutées. Ce qui ne serait pas inenvisageable, vu le niveau de débilité, au sens psychiatrique du terme !

UN ETAT FANTÔME PERCLUS PAR LA CORRUPTION  ET LA MAL GOUVERNANCE

Difficile de se raisonner, pour admettre le fait que l’ONU puisse dépenser près d’un milliard de $, c’est-à-dire l’argent des contribuables du monde entier, pour cautionner un pays fantôme, truffé de dirigeants corrupteurs et corrompus jusqu’à la moelle. Et l’Union Européenne, gaspillant de même des millions € à vide dans ce pays perdu, et sans chercher à comprendre.

Et pour quels résultats ? Car, il faut  bien l’admettre, ce ne sont ni les moyens à la fois financiers, matériels et humains qui manquent, pour aider ce pays à se relever. Alors, c’est à croire que nous avons affaire à un complot anti-centrafricain.

Et, force est de constater que ces puissants moyens ne sont pas utilisés à dessein. 

Toutes ces entités onéreuses, de soit disant d’aide au Centrafrique, restent autistes aux bruissements du peuple qui se plaint, et tracent leurs sillons à l’aveugle. En ne s’en tenant qu’à des plans connus d’elles seules. 

L’argument des experts de l’ONU et autres c’est : “Les centrafricains sont très résilients.” C’est ça, et foutez-vous de nos gueules en plus !

A l’heure du bilan, quels progrès a-t’on fait depuis mars 2013 ? 

Le Centrafrique de 1950, de 1969 étaient bien plus développé que celui là de 2021. 

UN MILLIARD DE CASQUES BLEUS NE RÉSOUDRONT PAS LES PROBLÉMATIQUES CENTRAFRICAINES 

Récemment, Mankeur N’Diaye le chef de la MINUSCA a eu un double discours. Il déclarait que le problème principal du pays devait se résoudre par le dialogue, tout en réclamant plus de soldats pour la MINUSCA. C’est à la fois absurde et contradictoire. Pour la simple raison qu’il veut poser le toit d’une maison dont les fondations sont inexistantes – je parle là de son désir de dialogue.

Parce que les centrafricains ne dialoguent pas entre eux, surtout les politiciens, ils échangent simplement des points de vue que les autres n’écoutent pas.

Car, dans ce pays, le POUVOIR est par définition, une appropriation par une caste de prédateurs. Comme disait Jean Ziegler, des préda-teurs compradores à des fins personnelles. Tout le monde le sait, sauf le G5+ manifestement.

N’Diaye veut plus de soldats ? Que réussira-t’il avec plus qu’il n’a pas réussi avec moins ? Avec quel plan militaire, puisque par définition les casques bleus appliquent partout où ils sont déployés, les mêmes principes, les mêmes schémas, quelques soient les situations affrontées.

Parce que là, en Centrafrique, la MINUSCA ne demeure qu’une vaste et coûteuse escroquerie ne faisant que de la figuration défensive. Et les lignes auront même, depuis son arrivée, bougé dans le mauvais sens.

Aucun centrafricain, et à fortiori ceux qui ont perdu des parents et des proches sous les balles et les armes des bandes armées ne peuvent accepter que la MINUSCA, censée être là pour les aider, puisse faire ami-ami avec ces bandes de criminels, au point de les choyer et de signer des accords avec elles.

Mais la MINUSCA, toujours très contente d’elle, sourde comme un pot, trace son sillon, et sans s’occuper de personne. Le peuple étant accessoire pour elle.

D’ailleurs, elle se fiche des victimes civiles, elle ne les compte pas. Si ! Si ! Véridique !

Qu’elle ne s’étonne donc pas d’être prise dans le pays comme étant une force d’occupation, haïe et vomie, une ennemie de plus à subir.

Finalement, la MINUSCA aura réussi son coup. A savoir faire “élire” un président virtuel, pour un pays qui n’existe pas.

Parce que sérieusement, qui de sensé peut accorder le moindre crédit, et la moindre légitimité à un Faustin TOUADERA Président d’une république banana, en plus d’être virtuelle ?

© Janvier 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés.