Centrafrique : Bangui, des arrestations en cascade, dont celle Gal Ludovic NGAÏFEI, et sans mandat d’arrêt

French | English

Par V.M

BANGUI [LNC] – Suite aux attaques récentes des bandes armées du CPC aux abords de Bangui, la capitale centrafricaine vit désormais au rythme des épurations gouvernementales contre Les personnalités dérangeantes. Et ce par des arrestations illégales sans aucun mandat d’arrêt notifiés. Ludovic NGAÏFEI, général FACA de son état vient d’en faire les frais. Arrêté, ou plutôt “enlevé” à son domicile par des forces inconnues, lourdement armées, mais à la solde du pouvoir en place, dans la nuit de Vendredi à Samedi dernier. Le tribunal de Bangui instrumentalisé par le pouvoir aurait ordonné des arrestations, mais sans aucun fondement, au jugé, et au bon vouloir du Palais, et par des troupes para-militaires non assermentées.

Si NGAÏFEI fut arrêté, ce fut également le cas du père et du frère de Stève Yambete, ce dernier, connu comme étant un des proches de François Bozizé.

Ces  personnalités furent conduites au camp de Roux dans la nuit, pour apprend-t’on, être auditionnées par la Section de recherches et d’investigation (SRI).

Mais la question légale qui se pose est : Comment la Police, pourra-t’elle justifier de tels enlèvements illégaux par des soldats surarmés à la solde du pouvoir, et sans mandats d’arrêt ?

Pour Elie Ouefio, frère de Ludovic Ngaïféi : « Mon cadet n’a pas été arrêté mais enlevé cette nuit aux environs de minuit. Bien avant, j’ai reçu un appel anonyme pour me signaler qu’il y a un détachement de BIT 6 qui se rendait chez lui. Je lui avais envoyé un message pour le prévenir. Ils sont entrés avec fracas chez lui. Ils l’ont amené au Camp de Roux. Je demande que sa vie et son intégrité soient protégées. S’il voulait faire la rébellion, il serait rentré en brousse ».

Côté Yambété, c’est Marie Collette Yambete, l’épouse de Michel Yambete de s’inquiéter : « Je ne sais où est-ce qu’ils ont déporté mon mari et mon enfant. Je demande leur libération. Si on leur reproche quelque chose, la justice est là. Qu’on suive la procédure normale ! Mais ils n’ont rien fait. Mon mari est malade. Je ne sais pas où il se trouve à l’heure actuelle. Je demande à la communauté internationale, aux organisations des droits de l’homme de veiller sur cette situation. Pourquoi on ne peut pas dormir la nuit ? » .

Elle peut solliciter l’aide de la communauté internationale. Mais ce sera en vain. Celle-ci ne fera rien pour elle.  

© Janvier 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés.