Centrafrique : Les ONGs internationales sous haute pression, cas de “Plan International” à Boda (Lobaye)

Qatar Airways [CPS] WW

French | English

Par Joseph DECALO

BODA [LNC] – Le Centrafrique, pays en état de faillite chronique depuis des décennies, dépend à 100% de l’aide internationale, aussi bien humanitaire que financières. “Nos partenaires” comme dit par euphémisme le gouvernement. Mais les acteurs humanitaires n’y sont pas en sécurité. La RCA est même devenue le pays le plus dangereux au monde pour les ONGs. Exemple là de “Plan International”, victime récemment de pillages à Boda dans la Lobaye. Si dans leur “Séléka” (Serment) les CPC se sont engagés à ne pas s’en prendre aux civils, ce qui est le cas, ils laissent cependant la place aux déprédations par les civils après leurs passages.

En Lobaye, c’est le jeu du chat et de la souris entre les forces loyalistes et les CPC. Car ces derniers à peine chassés de la région, qu’ils reviennent sitôt après le départ des autres. Cas par exemple de ce qui se passe actuellement à Yaloké.

LES CIVILS PROFITENT DU CHAOS 

A Boda, dans la chienlit du moment, les populations profitent du désordre pour se livrer à des actions de pillage de tout ce qui traîne. L’ONG Plan International, dans la nuit du 7 janvier 2021 a été victime des actions nuisibles de civils et de bandes armées. Des motos et du matériel informatiques ont été volés entre autres choses.

A la base, la destruction du pont de Banagbelè situé à 8 km de Boda par les CPC.

Conséquence, les ONGs dans la Lobaye ne peuvent plus alimenter leurs structures locales.

© Janvier 2021 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés.