Centrafrique : Firmin NGREBADA ou la totale irresponsabilité gouvernementale

Français | English

Par Firmine YABADA

BANGUI [LNC]  – Hier 30 juillet, en urgence, face à la grogne des agents “tablettes” de l’A.N.E, menaçant de faire grève pour non paiement de leurs prestations, Firmin NGREBADA convoquait à la primature, une réunion d’urgence  du comité stratégique d’appui au processus électoral en formation restreinte, afin de faire face au problème. En théorie, car il s’est tout simplement contenté de se débarrasser du bébé en le confiant au PNUD. D’ou l’interrogation : “Y a-t’il un pilote dans l’avion ?”, tant le gouvernement a pris l’habitude pour le moindre problème pourtant relevant de son devoir régalien, de s’empresser de le confier à une des OGs tenant le pays à bout de bras à 100%. Mais l’amusant de cette réunion, fut la fatuité de Ngrebada à esquiver la problématique.

De ses propos : “L’objet de la réunion était de connaître les raisons du mouvement d’humeur des agents tablettes et recenseurs déployés sur le terrain par l’Autorité Nationale des Élections qui menacent d’arrêter leurs prestations pour cause de non paiement de leurs indemnités.” Problème posé très simple, mais….

….de se défausser en déclarant : “Des actions urgentes seront menées par le PNUD pour apporter des solutions là où les préoccupations se justifient, de même qu’une large communication sera faite pour édifier l’opinion publique sur les détails de cette situation.”

ET POURQUOI SUR LE PNUD ?

Tout simplement parce que le dossier A.N.E devant mettre en place tout le processus électoral est un gloubi-boulga naviguant à vue, dans un joyeux amateurisme, n’ayant de consistance artificielle que par ses effets d’annonce.

Parce que, de budget de fonctionnement pour l’A.N.E, rien du tout ! Nenni ! Que dalle ! C’est du coup par coup, au jugé, avec la bonne volonté des bailleurs étrangers, pris de court à chaque fois, mais devant assumer, ne serait-ce que par charité chrétienne.

La mendicité érigée en mode de gouvernance n’étonne plus personne dans la communauté internationale à Bangui. Surtout pas le PNUD qui en a vu d’autres. A lui de faire le bouche trou pour les défaillances d’un pouvoir infantile et virtuel.

© Juillet 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés

Be the first to comment

Leave a Reply