Bouar : Le PAM se fait attendre

BOUAR (RADIO SIRIRI) — « Trop, c’est trop ! » disent les déplacés de Saint Laurent aux agents du PAM.
Ils avaient promis de venir dimanche dernier distribuer les vivres amenés le samedi.
Mais ils ne sont pas venus et n’ont pas fait signe non plus pour donner des explications.

Certains déplacés ont choisi librement de rentrer chez eux le dimanche 26 janvier 2014 dans l’intention de revenir le lendemain recevoir uniquement leur part de ration et rentrer moins chargés.

La Mission Saint Laurent qui s’est complètement vidée hier est de nouveau assaillie. Ils sont tous là, hommes, femmes et enfants avec des sacs pour y mettre leurs colis. Néanmoins ces agents de PAM ne se manifestent toujours pas.

Un silence qui ressemble de plus en plus à de l’insolence, à un manque de respect de la dignité de la personne humaine qu’à un souci logistique. D’ailleurs ils ont choisi un vieux camion bringuebalant pour le transport des vivres afin de payer moins cher comme frais de location de voiture.

Conséquence, ce camion n’a pu effectuer que deux voyager sur les trois prévus. Et depuis samedi, le camion est en panne et ne peut pas acheminer le reste du stock. Au lieu de distribuer une partie des vivres en attendant le dernier ravitaillement, ces agents de PAM préfèrent prolonger le suspens au détriment des bénéficiaires qui sont de plus en plus fatigués.

« A quoi jouent-ils ? Pourquoi nous traitent-ils moins que des humains alors que c’est grâce à nous qu’ils ont ce boulot ? Ils ont brûlés l’année dernière 400 tonnes de farine sur la route de Zotoa –Banguérem soi-disant que c’est périmé alors qu’il y avait bien des personnes qui étaient dans le besoin.
Mais le boîtage, l’huile, et les autres vivres de ce stock, où est-ce qu’ils les ont mis ? » S’insurge monsieur Gang-Joukou, un fonctionnaire à la retraite qui fait lui aussi partie des déplacés de Saint Laurent.
Tout comme lui beaucoup de personnes vulnérables n’attendent que ces vivres pour pouvoir refaire leur force avant de reprendre leurs activités respectives.

© Janvier 2014 RADIO SIRIRI