Centrafrique : Dossier du prêtre pédophile belge, ou quand les religieux sont au dessus des lois

Français | English

Lingyun XU WAN

SAN FRANCISCO [LNC] – Les cas de prêtres pédophiles couverts par la hiérarchie de l’Église catholique sont légion. Le scandale est mondial. Mais on ne touche pas à “l’église”. Qui par ailleurs, avec des complicités politiques dans le monde, s’est toujours arrangée pour éliminer la concurrence. Les maîtres Yogis, les Gourous, ne sont que des meneurs de sectes (terme qu’elle a réussi à dévaloriser pour le grand public). Le Centrafrique, pays pauvre et illettré à plus de 80% est le terrain idéal de jeu pour ces individus. Un prêtre belge, avec le silence complice du Cardinal Dieudonné NZAPALANGAYE, a violé des dizaines et des dizaines de jeunes garçons de moins de 12 ans en RCA. Une plainte fut déposée au Tribunal de Bangui à cet effet, malgré le blocage de NZAPALANGAYE. Et pour quelle suite ? RIEN ! Dossier étouffé !

Dans ce pays, étant le pire au monde pour le bien être des enfants, où on y viole et où on y violente au moins 10 enfants par jour, à la connaissance du fait qu’une loi y serait votée pour leur protection, nous nous sommes interrogés. LNC écrira : “DE QUI SE MOQUE-T’ON ?”

Car par miracle sorti du chapeau magique, avec une loi, soudainement, les centrafricains et ses autorités se pencheraient sur cette problématique ? Qui est assez bête pour croire cela ?

Quelles sont les mesures concrètes d’accompagnement pour l’application sur le terrain de cette loi ? Une loi ne sert à rien si elle ne peut pas s’appliquer. Mais les centrafricains sont coutumiers des vœux pieux.

Passe encore, et encore, c’est limite, que Touadera et son gouvernement se fichent totalement du sort des enfants maltraités en Centrafrique. Mais la presse centrafricaine, les politiciens, les leaders d’opinion, qui les a entendu évoqué et dénoncer ce douloureux sujet ? Aucun d’eux n’a parlé dessus.

Les Sangaris de la France ont violé au bas mot 400 enfants centrafricains. Certains n’avaient même pas 10 ans. Et le martyr continue avec les troupes de la MINUSCA. Et en toute impunité.

Dieudonné NZAPALANGAYE complice de crimes devant Dieu et pas devant la justice des hommes

En toute connaissance de cause, il savait que le prêtre belge, reconnu comme étant pédophile et condamné pour cela en Belgique, ne pouvait pas venir en Centrafrique et y côtoyer des enfants.

Ma consœur de LNC, Marie-Pierre COPPENS, écrivait en 2019 : “L’affaire du prêtre belge pédophile éclabousse la CARITAS”.

Et de fait, Dieudonné NZAPALANGAYE était en Centrafrique le directeur de CARITAS CENTRAFRIQUE. Et c’est à ce titre, qu’il avait introduit le loup dans la bergerie.

Et la CARITAS savait également que le prêtre belge était dangereux. Mais il fallait se débarrasser de lui. Et quoi de mieux que de l’envoyer là bas dans la brousse africaine ?

NZAPALANGAYE avait besoin de la CARITAS pour faire son show d’homme de Dieu devant les centrafricains, et les éblouir, en leur distribuant des dons et matériaux divers d’aide reçus, comme si cela venait de lui. Une habitude centrafricaine, Faustin TOUADERA fait la même chose. Et se cautionne politiquement avec de tels types de mensonges.

PROCÈS ? QUEL PROCÈS ?

Il n’y aura pas en Centrafrique de procès dans cette affaire, l’église catholique s’est arrangée pour étouffer l’affaire, avec sur place l’entregent politique de Nzapalangaye, en première ligne dans le dossier.

Si en Europe aucun prêtre pédophile n’a jamais été mis en prison pour des crimes de pédophilie, qui aurait la naïveté de croire qu’en Centrafrique, pays sans droit, la chose se ferait ? C’eut été une première.

Nous avions contacté le greffe du Tribunal de Bangui sur les suites de la plainte. Il nous fut poliment répondu : “Le dossier est en cours”. Formule diplomatique pour dire : DOSSIER ENTERRÉ.

Par ailleurs, comme pour dans l’affaire des viols de mineurs par des Sangaris (affaire qui légalement n’existe pas. Paris ayant blanchi tous les militaires violeurs), les parents des enfants violés par le prêtre belge ont tous été menacés des feux de l’enfer s’ils osaient parler.

© Juin 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés