Centrafrique : La colère du député Bernard DILA contre la MINUSCA

Français | English

Eve MALONGA

PAOUA [LNC] – Bernard Dila le bien connu député MLPC de Bocaranga III, s’insurgeant contre les exactions des “3R” d’Abass SIDIKI dans l’Ouest et le Nord Ouest centrafricain, met la MINUSCA au pied du mur, pour exiger d’elle, l’éradication de cette bande armée criminelle, en initiant un collectif des députés de l’Ouham-Pendé et de la Nana-Mambéré.

Ce collectif vient d’adresser officiellement une note à la MINUSCA à cet effet. Exigeant la suppression définitive de cette bande armée.

Problème posé : Abass SIDIKI fut signataire de l’accord de paix de Khartoum en février 2019. Et même reste toujours ministre conseiller à la Primature. Ce que le Premier ministre Firmin NGRÉBADA confirmait en mai dernier, en espérant qu’il reprenne son poste, dans une espèce de discours schizophrénique. SIDIKI ne peut être à la fois ministre conseiller et rebelle assassin, combattu par les forces nationales de sécurité en même temps. Ce qui a fait réagir un diplomate européen sur la place de Bangui : “Il est soit dedans, soit pas dedans. Autrement, l’actuel gouvernement centrafricain est complice et volontairement aveugle. Et que nous sommes là face à une farce et à une dangereuse incompétence politique.”

Pour Bernard DILA : “Le peuple continue à vivre dans la peur. Et nos populations, surtout de l’Ouham Pendé vivent dans une situation dramatique d’esclavage. Nous ne pouvons pas, nous, en tant  qu’élus de la nation, voir cette population là, subir une telle situation et continuer à nous taire. C’est pour cela que nous avons pris cette initiative de demander officiellement et d’une manière solennelle,  à la MINUSCA, d’assumer sa responsabilité qui est de garantir la paix au peuple centrafricain.”

La MINUSCA jusqu’à ce moment n’a toujours pas réagi à la requête expresse de ces députés. Toutefois, il serait étonnant qu’elle y donne suite. Car comme l’exprimait son ancien patron, le gabonais Parfait Onanga-Anyanga : “La MINUSCA n’est pas là pour faire la guerre aux bandes armées. Ce n’est pas sa mission. Sa mission est de protéger les populations.”

A LIRE AUSSI : Centrafrique : Les récurrentes contradictions stratégiques de la MINUSCA

© Juin 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés