Centrafrique/MINUSCA : Accident mortel à Béboura. Ce qui s’est vraiment passé !

Français | English

V.M

PAOUA [LNC] – Rappel des faits : Il y a juste une semaine, jeudi dernier, au village de Béboura dans l’Ouham Pendé, un véhicule de la MINUSCA heurtait mortellement une personne. Ce qui causera la grande colère de la population, allant détruire le camp avancé de l’organe onusien, et blessant deux soldats au passage. Or, en expliquant l’incident à la Presse, Vladimir Monteiro le porte parole de la MINUSCA fera un rapport à sa sauce afin d’incriminer les villageois. Des témoins sur place démontent complètement ses allégations.

Voici les propos de Monteiro décrivant à la presse l’incident auquel il n’a pas assisté : “Il y a eu un accident impliquant un véhicule des Nations unies, qui a causé la mort d’une personne. La population a ensuite décidé d’attaquer ce poste militaire avancé. [….] Entre une dizaine et une vingtaine de casques bleus étaient présents sur place, nous les avons évacués de là-bas. Deux ont été blessés. “ Et d’ajouter : “[…] Ce n’est pas en détruisant cette base que les gens seront protégées.

CONTRADICTION

Selon des témoins locaux, une patrouille de la MINUSCA aurait bien heurté une personne. En occurrence, une femme enceinte de retour de ses champs, la tuant sur le coup.

Mais, au lieu de s’enquérir de la situation, et du sort de la dame, les soldats auraient fui, en abandonnant le cadavre sur la route.

Et c’est cela la raison de la colère des villageois, sitôt informé de la situation, et pas autre chose. Un point que M. Monteiro s’est bien abstenu de spécifier lors de son déroulé des faits, pour faire croire que la réaction des villageois était disproportionnée, tout en victimisant les casques bleus pourtant coupables de délit de fuite.

Face à l’ampleur de la colère de la population, les casques bleus ont dû précipitamment s’enfuir à Paoua, situé à 25 km de là. 

L’on gage déjà que comme pour les centaines de cas d’agressions sexuelles par les casques bleus, ce dossier prendra le chemin des oubliettes. Parce que, ce n’est pas un casque bleu qui a été tué. Ce qui serait bien plus sérieux, mais une simple et anonyme paysanne.

LIRE AUSSI : Centrafrique : Une base avancée de la Minusca détruite par la foule après un accident mortel

© Avril 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés