CHRONIQUE : LA PAIX EN MAUVAISE POSTURE

DE L’ABSURDITE D’UN ACCORD A MINIMA QUI SERA INTENABLE DANS LES FAITS

Par Fanny Minao-N’diaye

Citations :
– “Des législatives seront organisées au terme d’une période de transition de 12 mois.

– “Le Premier ministre ainsi que les autres membres du gouvernement ne peuvent être candidats à la prochaine élection présidentielle.

En clair, pendant douze mois, Bozizé sera sous tutelle de la Séléka et de l’opposition, mais après ?
Sachant que passé ces 12 mois, en suivant les non-dits des accords, rien n’est spécifié pour les 2 ans encore restant du mandat de Bozizé, que se passera-t’il ensuite ?
Bozizé de nouveau aura la main libre, car il aura liberté de limoger le Premier ministre s’il le souhaite, et même de dissoudre l’assemblée élue, à sa discrétion.
Et il pourra appeler à de nouvelles élections législatives pour espérer une nouvelle assemblée K.N.K dévouée à sa cause comme actuellement.
Quel serait son intérêt à faciliter les choses jusqu’en 2016 ?
Il fera de l’obstruction.

A parier que telle sera sa stratégie.
Les douze mois à venir, il les consacrera à faire du lobbying et à stigmatiser ses troupes, dégagé qu’il sera de la direction du pays.
Et ensuite, il reprendra de nouveau la main.

Avant de quitter Libreville, il avait prévenu, chose passée inaperçue:
“Les centrafricains vont découvrir les conséquences de la frustration des rebelles”.
Traduction, les centrafricains vont être sous le joug des arabes du Nord.
Bozizé ne désarme donc pas, il reste offensif.

Seuls les media anglophones ont relayés ces paroles.

D’un autre côté, le futur Premier ministre et tout le gouvernement auront obligation de ne pas se présenter comme candidats aux futures élections de 2016.
Ceci est politiquement parlant une absurdité, et un vide juridique béant, car le Droit doit parer aux improbables, et ce n’est pas le cas avec ce texte.
Si comme je le prédis, Bozizé limoge le gouvernement au bout d’un an, tout ce personnel assistera passivement aux élections de 2016 sans inter-réagir ?
C’est impossible ! Car si comme prévu la Séléka entre au gouvernement, cela reviendra dire en 2016 qu’elle aura gagné en 2012-2013 sur le terrain militaire et perdra en 2016 faute d’impossibilité de participation en 2016.

Les soldats de la Séléka qui ont risqué leurs vies durant un mois laisseront ainsi brader leur victoire par des textes mal fichus ?

Il faudrait être un grand naïf pour le croire.

Dans cette affaire, on a signé un accord à la va-vite qui ne fait que reculer pour plus mal sauter.

© Janvier 2013 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés