FOCUS/LNC au rebond ! Interview de son co-fondateur Magloire LAMINE

Par Mathias LAMBERT 

Il est le co-fondateur de LNC (Le nouveau Centrafrique) anciennement féminisé. Mais dorénavant sous domaine de lenouveaucentrafrique.info. Lui, c’est apparemment pour certaines personnes, le très clivant Magloire LAMINE. Pendant que le site est en chantier de reconstruction, nous l’avons questionné.

Mathias LAMBERT : Magloire LAMINE, Bonjour ! Dois-je dire votre Altesse ?

Magloire LAMINE : Vas te faire voir !

LNC : Ca commence bien. Bon on dira PML, ça vous va comme ça ?

PML :  On évite les formalismes à deux balles si tu le veux bien.

LNC :  J’ai envie de vous nommer par votre pseudo “PÉPITO” hérité de votre passage au Lycée Caron quand vous étiez à Bangui, mais je m’en abstiens. Le site de LNC est actuellement en complet chantier, c’est quoi la raison ?

PML : Le cœur du serveur de LAMINE MEDIA, la maison mère de LNC a été hacké, et vérolé. Par qui, on ne sait toujours pas, mais par des très doués en matière de piratage. Ce qui explique, et notre mutation de Los Angeles (Californie) à Washington, pour remettre tout, mais absolument tout à zéro, car il était évident que l’on perdrait un temps fou à tout nettoyer. Autant repartir à zéro, avec de de nouveaux serveurs, et pour LNC, un nouveau nom de domaine, passant de lanouvellecentrafrique.info, à lenouveaucentrafrique.info. Ce qui n’est pas en passant anodin, puisque selon Boganda, le nom de Centrafrique était masculin et non féminin. C’est LE Centrafrique et non LA Centrafrique. Boganda n’a jamais dit LA CENTRAFRIQUE. Ce sont des journalistes français qui ont popularisé la féminisation du nom. Bref !

LNC : LNC est né fin 2012. Quel est son historique ? Et surtout la motivation de sa création ?

PML :  LNC est né d’une grande frustration personnelle. Car j’en avais assez de lire des illettrés se prétendants être des journalistes massacrer le français à longueur de ligne. Plus des incapacités à l’analyse et à des perspectives. Sans compter que les rédacteurs en chef prenant leurs media pour leurs déversoirs de diffusion d’idioties personnelles. C’est ma fille Fatima qui lassée de m’entendre hurler, m’a dit : “Papa, on crée notre truc, comme ça tu t’éviteras une crise cardiaque”.

Le nom LNC, c’est elle. Contraction de LA NOUVELLE CENTRAFRIQUE, pour bien montrer que c’est différent et nouveau. Le logo, c’est Bill DE LACAN, s’inspirant de celui de la BBC.

Après, il fallait du monde. Et comme je suis ancien animateur de radio et ancien créateur de journaux papier en France,  je connaissais assez bien le milieu de la presse, dont des journalistes comme Gilles DELEUZE (ex AFP) et Valery Mansfield aka V.M (ex BBC).

Et tout est parti de la grave crise (toujours en cours de décembre 2012). LNC est né, en diffusant les mouvements des Séléka en province, dans leur montée inexorable sur Bangui. J’avais une nièce engagée là dedans, et elle nous tenait au courant. Mais personne ne nous prenait au sérieux, surtout en RCA, à part RFI. Avec qui depuis, nous sommes devenus partenaires historiques.

LNC : Des débuts houleux ce me semble non ?

PML : Ah ça, pour être houleux, ce fut houleux. Car d’entrée, on s’est trouvé confronté à la jalousie des gens de Bangui, je parle de la presse locale. La donne de LNC était nouvelle dans la presse centrafricaine. Et ça, ils n’en voulaient pas. Mais étonnamment, notre premier soutien, c’était Radio Ndeke Luka, qui régulièrement dans ses revues de presse nous citait.

LNC : Les attaques sur Facebook ?

PML : Ah là, des trolls ne n’ont cessé de nous taxer. A chaque article on avait l’inévitable question du : “Quelle la source”. Poseraient-ils la même question à l’AFP ou à REUTERS ? C’était des manœuvres volontaires de destruction.

Et parlant de destruction, au début LNC était installé à Bimbo (banlieue de Bangui), chez V.M.  Mais en moins de 3 mois, tout fut détruit et pillé par les Séléka, dont on nous accusait, et encore maintenant,  d’en être les complices. Une conviction de Bozizé déjà. Car l’idée était aussi dès le départ de monter une radio à côté du media en ligne.

Cet épisode de Bimbo nous avait vraiment mis le moral à zéro, au point d’envisager de tout arrêter. Car on perdait énormément d’argent là dedans. Un media de presse professionnel, ça coûte cher. C’est une danseuse.

Mais, dès les créations de la page LNC sur Facebook, et de ses groupes de discussion, ce fut l’explosion populaire, à notre très très grande surprise. plus le super bon écho international. Aujourd’hui, les groupes de discussion de LNC sur FB sont les deux premiers incontestables de Centrafrique. La sanction populaire a eu raison des haineux ! Et cela perdure. Plus le site avec une moyenne de 5.000 minimum connexions individuelles/jour.

LNC : Vous n’avez pas été épargné par des attaques personnelles n’est-ce pas ? 

PML :  Fils, si tu fais quelque chose de grand, et que tu n’es pas attaqué, c’est que ton grand chose là est petit. Oui, j’ai eu, et ai encore droit à tout : que je créerai de faux profils sur Facebook par dizaines, que ceci, que cela. Que je comploterai pour faire un coup d’état, et j’en passe… Mais je m’en bats les c.. Je dois quoi à qui ? je dépens de qui ? Même un chef de guerre, MISKINE je crois, que je ne connais même pas se permettait de mettre son grain de sel  perfide là dedans.

Mais ces histoires m’ont éclairé sur un aspect de la mentalité centrafricaine. la haine de l’autre n’est pas une vue de l’esprit. De la haine gratuite de gens ne vous connaissant même pas, colportant des ragots de trottoir infondés. J’ai même eu droit à un article sur Mondafrique, me traitant de centrafricain NUMÉRO UN le plus nuisible du pays. Je ne parle même pas de tous les colportages sur mon comptes sur des blogs centrafricains se disant media de presse.

Les choses sont allés si loin qu’un jour, j’avais eu un appel de Djotodia, lors de son court passage aux affaires, me demandant ce qui se passait.

Dans tout ça, le baume au cœur durant cette période était venu de Marie-Noëlle KOYARA (l’actuelle ministre de la défense), à l’époque en poste en Côte d’Ivoire et nous disant : “Je viens de découvrir LNC, et je suis complètement sous le charme. Et quand j’ai vu que vous étiez centrafricains, j’ai été très fière de vous. C’est une révolution par rapport à ce que l’on nous sert au pays. Toutes mes félicitations.”

LNC :  Agacé de voir vos nos haineux vous confondre avec nous ? 

PML :  Même pas. Ces primitifs ne sont pas habitués au principe de liberté de la presse. Et ils ne peuvent pas se sortir de la tête cette sotte vision de LNC = MAGLOIRE LAMINE. Alors que, nos groupes de discussion sont open et sans discrimination ni restriction, sorti de règles de base de bonne convivialité. Je ne dirige pas LNC, et tu peux en témoigner, mais dans la tête des gens, ceci n’est pas possible. Parce qu’en RCA, cela n’est pas concevable. En RCA, soit tu es bêtement contre quelqu’un, et tu le dénigres du matin au soir, sans même le connaître, soit tu es griot, chantant bêtement les louanges de ton “héraut”, avec ton cerveau vide.

Récemment, quand LNC a sévèrement tapé sur Marwan GUINON, le réflexe immédiat de ce dernier fut de m’agresser. Evidemment !  Je l’ai contacté tout de suite pour le calmer, en lui explicitant que je ne dirigeais pas LNC – Je paye les factures, et ça me suffit – Il a eu l’intelligence de comprendre et de me foutre la paix.

LNC : Vous n’influencez vraiment pas LNC ? 

PML :  Si j’influençais quoique ce soit, je me prêterais pas au jeu de tes questions. Mon job c’est de protéger le produit, de le financer et de prendre les coups.  C’est tout. Sa ligne directoriale ne me regarde pas. C’est de l’apanage de sa rédactrice en chef et de sa directrice de publication. A côté de ça, je veille sur les qui on peut être partenaire ou pas. c’est ainsi que la demande de partenariat de JEUNE AFRIQUE avec LNC, j’ai refusé immédiatement. Un exemple en passant.

LNC : Dernière question. Vous vous attendiez à un tel succès pérenne de LNC ?  

PML : Je vais te dire un truc petit : “Le peuple a toujours raison”. Un adage que tout un tas d’imbéciles oublient. Ce qui ne te tue pas….. Et pourtant, combien de gens n’ont’ils pas essayé de nous tuer ou de nous copier !!! Mais on ne peut pas copier LNC mon gars. Il faut en avoir le talent. Et le talent, ces nullards ne l’ont pas.

LNC : Ah ah ah !

© Septembre 2019 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés