Centrafrique : Un climat social et politique délétère

Français | English

Gervais LAKOSSO : “Le 1er ministre n’a pas dit ce que le peuple veut entendre, nous maintenons la manifestation du 05 Août 2020”

Par Justin BELONGO

BANGUI [LNC] – Nonobstant l’opposition farouche du gouvernement, et de l’envoi sur le front de ses nervis comme Didacien Kossimatchi ou encore le blog mille collines “les oiseaux de centrafrik” pour mener une campagne de “casse”,  le Groupe de travail de la société civile (GSTC) dont le chanteur Gervais Lakosso – un récidiviste – en est la figure de proue maintient son mot d’ordre de “Bangui ville morte” pour ce mercredi 5 août 2020. La collusion gouvernement bandes armées, avec Ali Darassa en apex aura servi de boute feu. Et sur le carreau un Premier ministre Firmin Ngrebada, très fragilisé, désormais inaudible, et plus que jamais jouant le fusible de service pour Touadera.

Ceci, au même moment ou l’opposition politique et la société civile posaient un ultimatum au gouvernement pour une concertation nationale. Et hier, Firmin Ngrebada n’a pas arrangé un climat déjà nauséabond, en déclarant très maladroitement, lors d’une interview sur RFI, “les groupes armés sont les partenaires du gouvernement”.  Une assertion explosive, propre à nourrir les accusations de laxisme reprochées au gouvernement envers les bandes rebelles, continuant à déstabiliser le pays. Ce qui de plus en plus passe mal, même chez les politiciens modérés.

CLIMAT DE FIN DE RÈGNE ?

A n’en pas douter pour Aza BOUKHRIS de “MONDAFRIQUE” n’hésitant pas ce jour à écrire ; “Centrafrique, échec et mat pour le président Touadera” Et de sous titrer “À force de tromperies, de double jeu permanent, de mépris de l’intérêt national, le pouvoir centrafricain se rapproche de la fin de partie. Elle pourrait être rude pour les uns et les autres.”.

© Août 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés