Burundi : Le contingent juste rentré de Centrafrique (MINUSCA), réclame 7 mois d’arriérés de salaire

Français | English

Par Fernando CANCIO

BUJUMBURA [LNC] – Il n’y a pas que le Centrafrique, mondialement connu pour ne pas payer ses fonctionnaires à temps, cumulant des années d’arriérés de salaires. Pauvreté et corruption oblige. Le Burundi s’y met aussi. Une grave affaire en cours d’arriérés de salaire impayés ébranle ce pays encore très instable. Se souvenir de la grave crise de 2015, ou des mutins avaient failli renverser le brutal pouvoir en place. Un contingent de militaires revenu d’une mission au sein de la MINUSCA, et actuellement basé depuis son retour au camp de Mudubugu, dans la province de Bubanza, réclame le paiement de leur 7 mois d’arriérés de solde. L’ONU avait pourtant débloqué les fonds nécessaires. Où est passé l’argent ?

C‘est Emmanuel NDAYISHIMIYE notre confrère à Bujunbura qui le révèle. Ces militaires du 5ème bataillon furent  en service en Centrafrique au sein de la MINUSCA.  Et ils réclament sept mois de salaires impayés, auprès du gouvernement burundais, qu’ils soupçonnent de détournement de fonds. Ils disent vivre actuellement dans des conditions très difficiles dans leur camp de base. Comme sans argent.

Par ailleurs, ils déclarent ne percevoir habituellement que 628 $, alors que leur salaire officiel est de 1400 $. Ils signifient qu’une bonne partie de leur argent serait récupéré par le gouvernement burundais, alors que leurs revenus doivent être égaux à ceux des militaires burundais présents en Somalie, pour éviter le deux poids deux mesures.

© Août 2020 – LAMINE MEDIA – Tous droits de reproduction réservés